Styles, techniques et prix de pose d’un carrelage
Devis, Prix, Tarif
100% Gratuit

Paramètres de prix de la pose de carrelage

Paramètres de prix de la pose de carrelage thumbnail

La pose de carrelage, autant la technique que le style, revêt une importance capitale. En effet si la première garantit la durabilité et le rendu esthétique du carrelage, le second peut conférer à toutes les pièces de la maison une touche personnalisée ainsi qu’une ambiance et un effet très particuliers : ambiance joyeuse ou sobre, effet de structure d’espace ou de perspective, etc. Ainsi, une fois la nature du carreau adaptée à la paroi à carreler, déterminée, selon l’usage de la pièce et l’esthétique souhaitée, le prix du carrelage dépend en grande partie de sa pose. Cela inclut l’ampleur du travail de mise en œuvre (cas de la chape pour la pose scellée), la minutie exigée pour le style de pose ou la préparation du support (cas des carreaux à clipser). Cependant, d’autres facteurs sont à considérer pour estimer le coût global au m2 du carrelage.

Les différentes techniques de pose

Trois techniques de pose peuvent être citées pour le carrelage. La pose scellée et la pose collée sont des techniques ne dépendant pas du type ni du format des carreaux. En revanche, les carreaux à clipser sont des carreaux spéciaux dont la pose est basée sur la technique d’emboîtement.

La pose scellée

C’est la pose traditionnelle, très courante il y a quelques années. Les carreaux sont scellés directement sur la chape au mortier (sable, ciment et eau) sans attendre que celle-ci soit complètement sèche. La chape permet d’aplanir et de niveler le support, car la surface devant recevoir le carreau doit être parfaitement lisse. La chape sert aussi à couvrir le réseau de plomberie et d’électricité, c’est pourquoi son épaisseur est comprise entre 10 et 50 mm. Le niveau des carreaux est réglé à la batte. À noter que le mortier pour chape existe en sac prêt à l’emploi.

Cette méthode convient à un sol irrégulier et abîmé ainsi qu’à la pose des carreaux de grand format, mais elle requiert le concours de professionnel étant donné qu’elle nécessite une mise en œuvre importante. De plus, cette pose ne prévient pas les dilatations, ainsi un risque d’éclat du revêtement est possible surtout s’il y a chauffage au sol

La pose collée

Elle est actuellement la plus utilisée par les carreleurs. En effet, elle est plus facile et plus rapide à mettre en œuvre pour aboutir au même résultat que la pose scellée, grâce en grande partie à l’amélioration apportée aux colles. La pose collée consiste à coller directement les carreaux à l’aide d’un mortier colle sur une chape ancienne déjà sèche, sur du bois ou sur un ancien carrelage. Plus précisément, on applique à l’aide d’un peigne, le mortier colle sur le support et on pose dessus les carreaux. Pour les carreaux de grand format, on met également de la colle au dos du carreau, c’est le principe du double encollage. Le support doit être impérativement solide, sain, propre et parfaitement plan. À noter que la colle utilisée pour le carrelage au mur n’est pas la même que celle indiquée pour le carrelage au sol.

Le clipsage

Le carrelage clipsable constitue un nouveau produit incluant une nouvelle technique de pose, apparu assez récemment. La pose des carreaux à clipser est sans salissure, car ne nécessite ni colle ni mortier ni eau. De ce fait, c’est une pose très facile et rapide. Le carreau à clipser est muni d’un côté des encoches et de l’autre, des languettes, permettant à deux carreaux de s’emboîter latéralement. Les modèles plus récents de carreaux à clipser présentent sous le carreau un châssis servant à maintenir les carreaux entre eux et sont parfois accompagnés de couche d’isolant phonique. Le carreau à clipser est en général en grès cérame. Les joints sont inexistants ou intégrés et dans tous les cas, le résultat est esthétique et étanche. La pose du carrelage à clipser requiert une très bonne préparation du support. Celui-ci, après réparation de toute partie défectueuse suivie d’un dépoussiérage et de nettoyage minutieux doit être parfaitement sec et lisse.

Toutefois, ce type de carrelage coûte encore assez cher. De plus, le choix de matériau et du sens de pose sont assez réduits. Enfin, le carrelage n’adhérant pas complètement au sol présente une résistance moindre par rapport à la pose collée par exemple.

Les différents styles de pose

Il existe de nombreux styles de pose de carreaux selon l’effet souhaité. Ceci s’obtient en jouant avec des formats identiques, des formats différents, de l’orientation de pose, de la pose de joints et même sur une association de types, de couleurs et de motifs différents.

Carreaux de formats identiques

  • Pose droite, à la fois classique et moderne, appelé aussi opus bande.
  • Pose oblique ou en diagonale, inspirée de la pose droite pour être moins monotone et pour accentuer la perspective.
  • Pose en damier, convenant à toutes les pièces de la maison et se distinguant par l’utilisation de deux coloris différents.
  • Pose en chevrons pour un décor original en V.

Carreaux de formats différents

  • Pose en calepinage utilisant des carreaux de formats ou de typologies différentes pour délimiter deux espaces, par exemple séparer une cuisine ouverte et le salon.
  • Pose en cabochons, en insérant régulièrement des petites pierres fines et colorées sur des dalles de carreaux en pose droite ou oblique.
  • Opus romain (pose indiquée par exemple, pour la terrasse) utilisant des pierres carrées ou rectangulaires de formats différents.
  • Opus incertum (pose indiquée pour l’extérieur), utilisant des carrelages cassés de différents calibres et de différentes couleurs.

La pose avec joints contrariés : carreaux en pose droite avec des joints décalés.

La pose en joints en croix : les joints entre deux carreaux sont verticaux puis horizontaux, tour à tour.

La pose en tapis : permet de structurer l’espace : un carrelage en forme de tapis au milieu d’une grande pièce par exemple.

La pose en frise : s’intègre très bien sur le plan de pose du carrelage pour le décorer.

Les différents paramètres affectant le coût de carrelage

Suivant la technique de pose choisie, la fourchette de prix HT se situe entre 25 euros et 50 euros par m2. À cela s’ajoutent les coûts d’autres éléments, si on veut estimer le coût final d’un carrelage.

Les parois à carreler : carrelage intérieur au sol ou au mur, carrelage extérieur.

Les matériaux constituant le carrelage qui sont, la céramique (grès, terre cuite dont les tomettes et la faïence), les pierres naturelles (le marbre, le granit, la pierre calcaire, le travertin, l’ardoise, etc.), le ciment, la mosaïque (composée de pâte de verre, de céramique, de pierres, etc., toutes de petite taille).

La qualité selon la finition (polie, émaillée, vieillie, antidérapante, écologique, car fabrication à énergie grise réduite) et le classement UPEC (Usure, Poinçonnement, résistance à l’Eau et aux produits Chimiques) définissent la qualité du carreau.

Les produits et les travaux associés à la pose qui sont :

  • La préparation du support (chape, ragréage au besoin).
  • L’isolation thermique ou acoustique à assurer par la pose des isolants appropriés avant la pose du carrelage.
  • La colle (pour le sol ou le mur).

La demande de devis (en général gratuit) à des professionnels différents est importante pour faire des économies grâce à la comparaison des prix.

Bénéficier d’une TVA à taux réduit à 7 % est possible concernant l’achat des matières premières, mais aussi de la pose à condition de confier les travaux à un professionnel.



Devis 100% gratuit

Vous êtes sur le site qu’il vous faut pour trouver un carreleur prêt de chez vous.

Recherche

Top articles


Powered by Devis-Pose-Carrelage.